Compte rendu Arrancabirra/Aslh 2011

 

courmayeur-2011-049.jpg

logo-boccale-animato1.gif

Boire et courir sans pouvoir choisir
: telle était la promesse des coyotes masculins Hérouvillais ce samedi 8 octobre 2011 dans la vallée d'Aoste.
  
9h30: A 45 minutes du départ, "no stress" pour notre joyeuse bande Bleue/Blanche et Rouge.Nous prenons en main , l'echauffement des quelques 1200 participants déja présents sur la ligne de départ.
La sono est à fond et tout notre répertoire loufoque y passe : la chenille,la country,le pow wow,le pogo sauce bas-normande.....
Le succés est total avec nos amis transalpins ; La convivialité et la solidarité sont déjà manifestes et cette intermède musical  nous fait vite oublier le petit vent frisquet......
Attenzione , attenzione : la patrouille italienne découpe le peloton , fumigènes tricolores en tête.....
courmayeur-2011-046.jpg
 
  
Le speaker délivre semble-t-il (?) des recommandations importantes et inquiétantes à la lecture des visages qui nous entourent..... Mais notre compréhension de l'italien est nulle ...Mais pourquoi donc tant de batons de ski ,de chaines aux pieds ou de passe-montagnes !!!!!!!
microspikes.jpg
 
Rigolez petits francais , rigolez...
L'ambiance se réchauffe encore au passage d'une jeune femme qui va accoucher "presto illico" et déja la musique du départ résonne dans les rues de Courmayeur.(Court meilleur en Herouvillais)
courmayeur-2011-048.jpg
 
  
Notre troupe francaise part tranquillo excepté emmanuel Barbey qui veut etre le premier à écouter les cloches alpines.Pari gagné et la première bosse calme vite ses ardeurs d'escampette..
  
Premier ravitaillement :La biére est froide et les premiers rots - involontaires parfois- se font échos dans la vallée.
Inspection des canettes vides et première croix au feutre sur le dossard
courmayeur-2011-079.jpg
 
 
  
Le parcours est désormais totalement en pente ascendante (nous étions venus pour cela aussi ) et nous imaginons déja nos filles raler aprés nous de les avoir emmenées dans cette "folie" ascensionnelle.
 
Tiens ,un jeune prêtre déguisé nous double "Sinistra prego" alors que les premiers flocons apparaissent dès 1400 métres d'altitude.
Second ravito : notre groupe est encore souriant et surpris  de voir sur les tables de la polenta,du fromage et de la soupe chaude
Des bénévoles déguisés sont au service des petits francais reconnaissables à leur maquillage sur les joues.
Grazie mille ragazza , une bière pour les coyotes et pas une goutte ne doit rester...
Le départ de ce poste de ravitaillement est déja plus difficile  ( l'ivresse de l'altitude ?) et la première chute de pierre Lixon en annonce d'autres bien plus sérieuses.
courmayeur-2011-065.jpg
  
Le troisiéme ravito est dejà beaucoup plus difficile à atteindre.Nous sommes au pole nord ? Pas besoin d'etre bilingue pour comprendre que nos camarades de "galères" sont aussi dans "le dur" .Vincent Richert/Candeloro multiplie les triples axels incontrolés , Patrick Durand court les mains dans la culotte pour se réchauffer les mimines , Franck Leuregans se rattrape in-extrémis pour ne pas finir 100m plus bas , et pierre et moi fermons la marche forcée sur ces sentiers verglacés .Et bing , encore une qui nous laisse sur le cul cette fois encore....
courmayeur-2011-071.jpg
 
 
Une bonne soeur masculine  armée de batons nous oblige à nous garer " Buongiorno. Come stai ?
"No, non parlo italiano" mais ce troisième arret buvette est irréel :un barbecue géant à plus de 2000 mètres :mouton grillé à volonté,charcuterie,soupe,fromage fondu,.... et bien sur notre canette d'houblon inévitable.
La pause est courte car il neige, le chrono tourne et nous ne voulons pas voir revenir sur nous Marc Moreau,Christophe Minerbe et Eric Deguine partis plus prudemment...
 
Attention, les conditions quasi extrémes arrivent sur la crête entre la tete de la Tronche et Bertone. Des choix tactiques differents scindent notre groupe en deux : les casse-cous qui n'ont pas/peu peur des ornières,des glissades dangereuses et qui nous sont tout simplement sportivement supérieurs.
Les Tapettes (sic) , rois de la glisse, la joue gauche congelée et qui se la jouent 'l'homme contre la nature ".Nos 3 coyotes croisés Chamois nous attendent cette fois encore pour un dernier Thé chaud à 2400 m au dessus de notre cote de Nacre ."Un tè, per favore
courmayeur-2011-075.jpg
Ensuite ,2 options s'offrent à nous tous :rester à mourir de froid la-haut (aucun service de secours !! ni bénévoles téméraires ) ou entamer quelques kilomètres de descente incontrolée.Les petits drapeaux oranges qui balisent le parcours sont souvent invisibles avec les flocons de neige dans les yeux et ces cailloux font toujours aussi mal quand tu t'ecrases dessus....
Un Suisse bilingue nous apprend que derriere, beaucoup de  concurrents ont été déviés (trop dangereux ) et tout d'un coup je me prends à réver d'etre avec eux.
Notre moyenne horaire doit etre proche de 3 km/h quand un rasta rocket (Emmanuel Barbey) nous dépasse facilement avec sa technique à lui : façon bobsleig ,le cul dans la neige et un grand sourire jusqu'aux oreilles "Per favore ! Cerco la stazione d'autobus
"S'il vous plait je cherche la station de bus"
Il est devenu fou mais le quatrième ravitaillement nous redonne la banane .Point de yeti  mais jean-luc,vincent et patrick nous attendent encore une fois pour controler si nous allons bien boire notre 4 éme bière(lol)  .Les feutres des juges sont gelés et un trou de vis fera cette fois office de validation alcoolique.
Bonheur ! les filles sont déjà  passées (parcours de secours emprunté) et se sont mises en tête de finir devant tous les garçons ,cette course de légende ASLH. Notre égo en prend un coup et sur  les derniers kilomètres , les sentiers forestiers ne sont plus enneigés ....Quelques racines posées  par les  coyotesses (?) nous imposent de courir les yeux vers le sol malgré la beauté du paysage et à 500 mètres de la ligne la jonction est difficilement faite avec ces 6 maillots bleus/blancs/rouges féminins .
courmayeur-2011-116.jpg
La sono n'est pas loin et la dernière bière sur la ligne est une rigolade aprés ce que nous venons de vivre .
Nos amis arrivent entiers ( malgré une dernière gamelle pour virginie ) , pas loin derrière et le repas d'aprés-course sous chapiteau musical est trés apprécié par notre bande.
La soirée dans notre chalet à Saint Gervais sera -t-elle plus calme avec la fatigue ???Meme pas .....................

arrancabirra

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×